DIAKADI / Afrique de l'Ouest / Sierra Leone

La Sierra Leone abrite au XV e siècle les peuples mandingues, les Mendé s'installent sur la côte orientale, les Temne vers la frontière du Liberia et les Soussou dans le Centre. 

Le nom de Sierra Leone est donné au territoire par l'explorateur Pédro da Cintra en 1462.

Les Portugais font des échanges commerciaux avec les populations fixées à l'embouchure des rivières. Au XVI e siècle la traite négrière est organisée entre les marchands européens et les populations de la côte.

En 1787, les Britanniques négocient avec les chefs locaux, l'acquisition du site de Freetown qui est fondée en 1788. Ils préparent une colonie destinée à accueillir des esclaves qui ont fui l'Amérique et les Antilles et qui se sont réfugiés en Angleterre et qui peu de temps après seront rejoints par des Affranchis rapatriés de l'Amérique.

En 1808, le territoire devient une colonie britannique.
En 1896, l 'arrière-pays de Freetown est sous protectorat britannique.

Les Krios (les rapatriés ou créoles) ont les mêmes droits que le peuple britanniques tandis que les populations autochtones sont marginalisées. Cette distinction provoque des divisions et des inégalités.
Mais grâce à la découverte de gisements de diamants, et l'ouverture d'une mine de fer à Marampa, les populations de l'intérieur participent à la vie économique du pays de 1930 à 1950.

En 1954, sir Milton Margai, d'origine mandé, leader du Parti du peuple de Sierra Leone devient ministre en chef et Premier ministre délégué en 1958.
Il conduit la Sierra Leone à l'indépendance. La Sierra Léone membre du Commonwealth accède à l'indépendance en 1961.

A partir de 1967, le pays subit plusieurs coups d'État.
La guerre civile a ravagé le pays de 1991 à 2001.
La Constitution a été suspendue de 1992 à 1996, puis de 1997 à 1998, à la suite de coups d'État militaires.

En janvier 2002 c'est la proclamation officielle de la fin de la guerre civile, des élections générales ont lieu en mai 2002. Le président Ahmad Tejan Kabbah est réélu.