DIAKADI / Afrique de l'Ouest / Mauritanie

Comme dans de nombreux Pays Africains, le peuplement de ce pays par les Berbères, des propriétaires de chevaux et de chameaux venus du nord, a commence il y a plusieurs milliers d'années.
Mais la désertification avait déjà commencé suite aux variations climatiques dans cette région.

Avec leur esprit de conquérants, les Berbères font des noirs (agriculteurs) leurs sujets (esclaves) pour produire la culture des dattiers et créer des oasis.
L'abolition de l’esclavage est officiellement confirmée en 1980 par la Mauritanie.

Après des siècles de règne sans partages les Berbères sont vaincus par les Arabes qui les convertissent à l'islam.

Les Français, occupent le terrain au XIXe siècle en passant par Saint-Louis. En 1920 devenu colonie française, le Pays est rattaché à l’Afrique Occidentale Française. En 1946, il devient un territoire d’outre mer.

Le 28 septembre 1958, l’Assemblée territoriale proclame la République islamique de Mauritanie.
L'indépendance arrive le 28 Novembre 1960 malgré l'opposition des Pays Arabes. Moktar Ould Daddah est le Premier Président de la République.

En 1961 la Mauritanie devient membre de l’Organisation des Nations unies (ONU).
Le Pays a connu, plusieurs coups d'Etats jusqu'à ce jour.

Le 3 août 2005, un coup d'état est fomenté par une partie de l’armée constituée en Conseil militaire pour la justice et la démocratie (CMJD) alors que le président mauritanien Maaouiya Ould Taya est en visite en Arabie saoudite.
Bien qu'unanimement condamné par la communauté internationale, le putsch semble être favorablement accueilli par la population d'autant plus qu'il n'y eu aucune effusion de sang.
La plupart des partis d'opposition et des exilés politiques applaudissent au départ d'Ould Taya. Ils accordent au CMJD un préjugé favorable, mais attendent que le pouvoir soit rendu aux civils et la libération de tous les prisonniers politiques.
Les nouvelles autorités s'engagent à conduire une transition de vingt-quatre mois. Un gouvernement provisoire constitué de civils et dirigé par lePremier ministre Sidi Mohamed Ould Boubacar est mis en place le 10 août 2005.
Le colonel Ely Ould Mohamed Vall, Président du CMJD, devient le nouveau chef de l'Etat.

Les élections législatives et municipales organisées en 2006 voient la Coalition des forces du changement démocratique (C.F.C.D.), incluant des « indépendants » ainsi que 4 islamistes modérés, remporté le 3 décembre 2006, 41 des 79 sièges à la nouvelle Assemblée nationale, où un grand nombre de femmes fait également son entrée.
Le 25 mars Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi, le candidat « indépendant » remporte l'élection présidentielle du 11 mars 2007 avec 52,8 % des suffrages devant Ahmed Ould Daddah (47,1 %), l'opposant historique.

Malgré la démocratisation du régime en Mauritanie, le pays est en proie à l'instabilité et à l'insécurité, les conditions de vie se dégradent.
Le président est lâché par les siens qui démissionnent du parlement en juin 2008. Le 6 août 2008, il est renversé, sans effusion de sang, par l’armée.

Sous la pression de la communauté internationale, le pouvoir et l'opposition engagent de difficiles pourparlers à partir de février 2009 en vue d’organiser de rapides élections.
M. Ould Abdel Aziz remportera, dès le premier tour, l’élection présidentielle fixée au 18 juillet de la même année.
Les 9 candidats perdants dénoncent des fraudes massives contrairement aux constatations des observateurs internationaux et les résultats seront entérinés par le Conseil constitutionnel et par plusieurs États, dont la France et les Etats-Unis.
Le président Aziz est officiellement investi le 5 août.