L’économie malienne repose surtout sur le secteur primaire. Ce secteur d’activité occupe 75% de la population active et contribue pour 38,2% au PNB.

En 2007, on note une progression de 5.1% en volume du secteur primaire grâce à l’augmentation de production des cultures vivrières.
Celles-ci ont bénéficié de bonnes conditions climatiques, de mesures de lutte antiacridienne (contre les criquets pèlerins), et surtout par l’aménagement de périmètres irrigués par le fleuve Niger et de diffusion des variétés améliorées de riz et de maïs.

L’agriculture de rente reste dominée par le coton (première production d’exportation). Toutefois, en raison de la chute du prix d’achat aux producteurs, on note depuis 2006, une baisse de la production cotonnière.
Les autres cultures d’exportation sont la canne à sucre et l’arachide.

L’élevage, très important, concerne les ovins, les bovins, les caprins ainsi que la volaille.
Grâce à de bonnes conditions climatiques et de meilleurs pâturages, ce secteur a obtenu un taux de croissance de 4,3% en 2005.

Le poisson très abondant dans le fleuve Niger et les lacs de Sélingué et de Manantali, est séché, fumé, et exporté vers les pays voisins.
Avec une production annuelle de 100 000 T, ce secteur emploie 8% de la population active mais souffre de son exploitation artisanale.