Bien que le secteur agricole domine encore l’activité du pays, l’économie du Ghana repose désormais sur une base plus large. Malgré ses richesses, le Ghana compte 20% de sa population au chômage et environ 45% des ghanéens vivent sous le seuil de pauvreté.

L’explosion du déficit budgétaire, sous la présidence de Kwame Nkrumah, avait entraîné l’arrêt des prêts du FMI qui ont repris dès 1999.
Les réformes (politique monétaire anti-inflationniste et assainissement budgétaire) et la stabilité politique ont favorisé l’émergence d’une économie de marché.
La diversification des exportations et l’amélioration des services publics ont accélérer la croissance et le développement.

La Grande-Bretagne, les Etats-Unis, le Japon et l’Allemagne sont les principaux partenaires commerciaux du Ghana.

Le tourisme réalise la troisième source de devises la plus importante après les exportations de marchandises et les envois de fonds par les travailleurs émigrés.

Le pays est doté de 37800 km de routes, de 953 km de voies ferrées et de deux grands ports.
L’aéroport international se situe à Kotoka près de la capitale. Le pays dispose de quatre autres aéroports.