L'archipel du Cap-Vert, développe ses activités de pêche, malgré des prises encore faibles.

Malgré de faibles atouts économiques, le Cap-Vert est le pays le plus riche de l'Afrique du Sahel, grâce aux revenus de l'émigration et à l'aide internationale, qui représentent plus d'un tiers du produit intérieur brut (PIB).

En 1999, le PIB s'élève à 580,6 millions de dollars, soit un revenu annuel par habitant de 1 360 dollars.

Le taux de croissance de l'économie capverdienne se maintient depuis 1985 autour de 4%. Cependant, ce taux ne rend pas compte des déséquilibres économiques.

Malgré ses handicaps, le Cap-Vert refuse de signer un plan d'ajustement structurel avec la Banque mondiale, qui entraînerait une hausse du chômage, touchant aujourd'hui 26% de la population active.