DIAKADI / Afrique Australe / Swaziland

La Constitution de 1968, adoptée à l’indépendance du pays, instituait une monarchie constitutionnelle dans laquelle le souverain avait le titre de « Lion » et gouvernait avec sa mère appelée Indlovukazi ou « Grande éléphante ».
En 1973, le roi Sobhuza II procède à la dissolution du Parlement et se proclame monarque absolu.

Une nouvelle Constitution nationale a été promulguée sous forme de loi en 2006, pérennisant le statut politique en vigueur depuis 1973, qui investit le roi de pouvoirs absolus, interdit les partis politiques et les réunions de l’opposition et octroie au gouvernement l’ultime autorité exécutive, judiciaire et législative.

Aux termes de cette nouvelle constitution, le roi détient le pouvoir exécutif. Il nomme un premier ministre et un cabinet.

Le Parlement se compose d'une Assemblée de 65 membres (dont 55 élus au scrutin direct à partir de 1993, et 10 membres nommés par le roi) et d’un Sénat de 30 membres (10 élus au scrutin indirect par l’Assemblée et 20 nommés par le roi).
Il n’a dans les faits qu’un rôle consultatif.
Il est a noté que, les partis politiques étant interdits, les candidats aux élections législatives sont généralement issus du cercle de la famille royale ou, tout du moins, choisis parmis les plus fervents partisans de la monarchie.

L'autorité judiciaire est attribuée par la Cour suprême et à des tribunaux subordonnés.
Les affaires civiles entre Swazis sont soumises aux chefs traditionnels.