Parc

Parc
(avec l’aimable autorisation de Jean-Louis et Stéphanie Mausset)

La Namibie est un pays aux ressources naturelles d'eau douce très limitées, victimes de la désertification et de la dégradation du sol. La prise en compte de ce problème a conduit la Namibie à inclure la protection de l'environnement dans sa constitution, le premier pays au monde à le faire.
14% des terres sont protégées, incluant la quasi-totalité de la bande côtière du Désert du Namib.

Le désert du Namib à l'ouest, longeant les côtes et le désert du Kalahari à l'est couvrent les 2/3 du pays. Ils sont séparés par un plateau central dont l'altitude est comprise entre 1000 et 2000m.
Bien que l’on trouve de vastes étendues de sable brun, sans aucun cours d’eau ou lac permanent, dans le désert du Kalahari (« Grande Soif » en Tswana), il y pleut souvent. Il s’y développe une végétation broussailleuse qui abrite quelques espèces rares du monde animal comme l’antilope des sables, le Rhinocéros noir du désert ou l’éléphant des sables. Une petite population de san (Bochimans) continuent d’y vivre.

Kokerboom ou arbre à carquois

Kokerboom ou arbre à carquois
(avec l’aimable autorisation de Jean-Louis et Stéphanie Mausset)

Le point le plus élevé est le mont Koenigstein (2 636 m) dans le massif du Brandberg.

Les 1 570 km de côtes baignées par l'Atlantique froid sont influencées par le courant du Benguela, ce qui en fait des eaux riches en plancton avec pour conséquence des côtes extrêmement poissonneuses.

Les principaux fleuves sont l’Orange au sud, le Cunene, le Kavango, et le Zambèze au nord et au nord-est. Ils servent de frontières naturelles avec les pays voisins.
À l'exception de celles qui marquent les frontières nord et sud, les rivières sont le plus souvent asséchées.
Il n'y a que deux lacs d'origine naturelle dont le lac Otjikoto, rendu célèbre par les allemands qui, en 1915, avant de se rendre, y avaient jeté un stock important d’armes. Ce lac, d’une profondeur de 55 m, est à l'origine un gouffre formé par l'effondrement de la voûte d'une gigantesque caverne de calcaire.

Lynx dans le parc Epako_ .jpg

Caracal (Lynx africain)
(avec l’aimable autorisation de Marc Dalouzy)

Au coeur du nord et centre, se trouve l'un des plus grands parcs d'Afrique, le parc national d' Etosha grand de 22 270km². Il doit son paysage unique au lac asséché d'Etosha, une dépression peu profonde mais grande de 5 000km² qui se rempli parfois lors des violentes plus de l’été austral.

Au nord ouest, on trouve les plaines et vallées arides du Kaokoland dominé par des chaînes de montagnes escarpées, habitées presque exclusivement par les semi-nomades de la tribu Himba. C’est une région semi désertique.