DIAKADI / Afrique Australe / Madagascar

Le secteur agricole occupe 75% de la population active et participe à 20% du PNB.

Compte tenu du relief, seuls 5% de la superficie totale sont exploitables.
De plus les récoltes sont mises à mal par l'érosion et les conditions climatiques. Les cyclones, très fréquent, détruisent de manière réccurente une grande partie des cultures.

L’essentiel de la production est destiné à la consommation intérieure.
La principale culture agricole est le riz (3 030 000 t en 2005) qui couvre plus de la moitié de la surface cultivable totale et occupe 72 % de la population agricole. Les malgaches en sont les premiers consommateurs par habitant au monde.
Viennent ensuite le manioc (2 191 420 t), les haricots, le maïs, les patates douces, les pommes de terre et le taro.

Le café est le premier produit d'exportation avec 33 000 T en 98, il représente 17 % des recettes.
Les autres cultures d’exportation sont les clous de girofle (premier producteur mondial), la vanille dont Madagascar est l'un des premiers producteurs au monde, la canne à sucre, le sisal, le vin, le cacao, le tabac.

Pays d’élevage, Madagascar possédait en 2007 un cheptel de 10,4 millions de bovins, 1,8 million de chèvres et de moutons et 1,30 million de porcs et 2,2 millions de volailles.

Madagascar dispose d'essences de bois variées.
Un rapport officiel a indiqué que seulement 16% de la surface de Madagascar est encore couverte de forêts naturelles et seulement 6 millions d'ha resteront boisés d'ici 2015.
Afin de protéger l'environnement et pour assainir ce secteur, le trafic de bois précieux étant très important (20 000 bois en 2007), le gouvernement malgache suspend régulièrement l'exploitation forestière pour une durée allant de 2 à 6 mois.

En 2007, l’exploitation forestière a produit près de 12 millions de m3 de bois, utilisé principalement pour la satisfaction des besoins locaux (bois de cuisson, de chauffe et pâte à papier). Les bois précieux (dont le palissandre, l'ébène, le bois de rose) sont utilisées notamment pour l'artisanat et l'ébénisterie.

La pêche, peu développée (137 000 tonnes en 2004), est destinée à la consommation locale. En revanche, elle occupe la 2ème place en matière de recettes d'exportation avec les crevettes (10 000 Tonnes), le thon, la langouste (220 T) et le crabe.