DIAKADI / Afrique Australe / Les Seychelles

Il semblerait que l’archipel était connu des arabes depuis le 10è siècle, mais les premiers à en faire état sont les portugais avec Vasco de Gama, en 1502. Pendant 2 siècles, les Seychelles restèrent toujours pratiquement inhabitées, servant de repaires aux pirates et d’escale aux portugais.

C’est en 1742 que les français explorèrent minutieusement l’archipel sur initiative du gouverneur de l’Île Maurice (anciennement l'île de France).
Les îles furent nommé Mahé (en l'honneur du gouverneur Mahé de La Bourdonnais) et Praslin (du nom du duc de Choiseul), l'archipel, quant à lui, recevant plus tard le nom de l'intendant général des Finances, Moreau de Séchelles.
En 1756, le nouveau gouverneur introduit la culture des épices aux Seychelles, rattachées officiellement à l’Ile Maurice. La colonisation française se développe, accompagnée par l’introduction d’esclaves africains.

À la fin du 18è siècle, les Britanniques tentèrent plusieurs fois de s'emparer de l'archipel sans succès jusqu’à ce que le traité de Paris (1814) cède officiellement le contrôle de l'archipel et de l’Ile Maurice aux Britanniques. A partir de 1903, les Seychelles se voient octroyées le statut de colonie séparée de l’Île Maurice.

Vers les années 1960, des partis politiques locaux voient le jour dont les principaux sont le Parti démocrate des Seychelles, dirigé par James Mancham, et le Parti socialiste d'unité populaire des Seychelles, dirigé par France-Albert René qui prêche une politique progressiste.
Une nouvelle Constitution est rédigée en 1967, et trois ans plus tard, c’est l’instauration d’un gouvernement ministériel. L'union des deux partis, en faveur de l'indépendance, permet aux Seychelles d'accéder à l'autonomie interne en 1975 puis à l'indépendance le 29 juin 1976, avec James Mancham pour président et France-Albert René comme Premier ministre.

Le 5 juin 1977, profitant de l’absence de Mancham en voyage diplomatique à l'étranger, les partisans de France-Albert René organisent un coup d’État et ce dernier est placé à la tête du pays. Favorable à une ouverture aux pays socialistes, il instaure, en 1978,  un régime de parti unique ce qui provoque une série de coup d’Etat sans succès.

L'année 1991 voit l'adoption du multipartisme. En janvier 1992, sous la pression internationale, notamment celle de la France et du Royaume-Uni, le président René annonça la tenue d'élections pluralistes avant la fin de l'année. Des élections sont organisées le 23 juillet 1993. France-Albert René est alors réélu à la tête de l'État et du gouvernement. En 1998, la population des Seychelles vote à nouveau pour lui. Il est de nouveau réélu en septembre 2001 avec 54 % des voix.

Après 27 années passées à la tête des Seychelles, le président France-Albert René démissionne en février 2004, 2 ans avant la fin de son mandat) en raison de son âge (68 ans).
Autorisé par la Constitution, à succéder au président sans élection, le vice-président James Michel sera élu avec 53,7% des suffrages lors de l’élection présidentielle de 2006.